• Lorsqu'on entre dans le petit jardin, en juin, ce qu'on voit ce sont les roses.

    C'est leur saison et elles le crient haut et fort.

    Seulement dans cette chorale de divas, il en est une qui m'émeut plus que toutes les autres. Une petite chose légère et aérienne posée comme une écharpe d'organza autour de la plantureuse Caroline Testoud Clg qui se pavane sur la pergola...

    Il était un rosier : Nozomi...

    Cette fine guirlande, cette petite chose légère et aérienne comme une écharpe d'organza ou une envolée de papillons, c'est Nozomi (Onodera - 1968)...

    Il était un rosier : Nozomi...

    Oui, ce rosier est en pot...depuis 4 ans.

    Et depuis 4 ans il ne cesse d'émettre de nouveaux rameaux, à chaque fois plus longs...

    Il était un rosier : Nozomi...

    Lorsque je vous l'avais présenté pour la toute première fois, j'avais parlé de poésie végétale...Je le pense plus que jamais...

    Il était un rosier : Nozomi...Il était un rosier : Nozomi...Il était un rosier : Nozomi...

     

    Outre cette floraison magique et cette belle vigueur, j'ajoute que son feuillage reste très sain et qu'il se contente d'un arrosage copieux par semaine (deux en cas d'épisode de canicule).

    Je ne lui trouve aucun défaut même si il pique (après tout c'est un rosier) et qu'il n'est pas remontant (cela n'en rend sa floraison que plus précieuse...et puis elle dure fort longtemps).

    Pour moi c'est un must have

    Pin It

    12 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique