• "à la Sainte Julienne, il faut toujours que le soleil vienne"

    Après le gel du petit matin qui avait poudré feuilles et fleurs et fait plisser la surface de l'eau, la bonne Sainte a accompli son petit miracle...

    à la Sainte Julienne...à la Sainte Julienne...à la Sainte Julienne...

    Que la lumière soit :

    Bien sûr les belles hivernales en profitent pour nous montrer à quel point elles savent redresser la tête après les frimas...

    à la Sainte Julienne...à la Sainte Julienne...à la Sainte Julienne...

    Ni les hellébores ni le chrysosplenium n'ont souffert de l'épais tapis de neige qui les avait entièrement recouverts...

    à la Sainte Julienne...

     Leurs fleurs resplendissent...

    à la Sainte Julienne...

    Fascinantes...

    à la Sainte Julienne...

    Mais j'ai l'impression que le jardin n'attendait que cette lumière retrouvée pour faire exploser dans un rayon de soleil le petit carnaval des crocus...

    à la Sainte Julienne...à la Sainte Julienne...

    à la Sainte Julienne...

    Les violettes aussi sont prêtes...

    à la Sainte Julienne...

    Et puis il y a la cohorte des généreux perces-neiges...

    à la Sainte Julienne...à la Sainte Julienne...à la Sainte Julienne...

    Des petits galants* qui aiment à se faire butiner...

    à la Sainte Julienne...à la Sainte Julienne...à la Sainte Julienne...

    Une abeille ne fait pas le printemps mais c'est un bonheur de la voir à l'ouvrage.

     

    * le perce-neige est le nom vulgaire du galanthus nivalis...rien à voir avec la galanterie puisque galanthus signifie étymologiquement fleur de lait, seulement il me plaisait à imaginer qu'ils faisaient preuve d'une attention toute particulière envers ma petite abeille en lui offrant de quoi se sustenter au sortir de l'hiver.


    12 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires