• Juillet, des roses aux rouges...

    Quand je n’ai rien à faire, et qu’à peine un nuage
    Dans les champs bleus du ciel, flocon de laine, nage,
    J’aime à m’écouter vivre, et, libre de soucis,
    Je m'en vais voir si juillet a toujours des roses

     Et Juillet a toujours des roses

    Des roses jaunes...

    Des roses aux rouges...

    Des roses roses...

    Des roses aux rouges...Des roses aux rouges...

     Les roses d'Aquarelle...

    Juillet, des roses aux rouges...Juillet, des roses aux rouges...Juillet, des roses aux rouges...

    Ou de l'herbe folle...

    Juillet, des roses aux rouges...Juillet, des roses aux rouges...Juillet, des roses aux rouges...

     Juillet a du rose...

    Juillet, des roses aux rouges...

    Et puis juillet a du rouge...

    Juillet, des roses aux rouges...

    Des roses rouges :

    Celles de Nina...

    Juillet, des roses aux rouges...Juillet, des roses aux rouges...Juillet, des roses aux rouges...

    Ou de Fraise des bois...

    Juillet, des roses aux rouges...

    Et puis du rouge sans soucis, celui d'une suspension de pélargoniums qui n'en a que faire qu'il fasse trop chaud et trop sec...

    Juillet, des roses aux rouges...Juillet, des roses aux rouges...Juillet, des roses aux rouges...

     Un été sans soucis, voilà ce que j'aime

    Parce que :

    Quand je n’ai rien à faire, et qu’à peine un nuage
    Dans les champs bleus du ciel, flocon de laine, nage,
    J’aime à m’écouter vivre, et, libre de soucis,
    Loin des chemins poudreux, à demeurer assis
    Sur un moelleux tapis de fougère et de mousse,
    Au bord des bois touffus où la chaleur s’émousse.
    Là, pour tuer le temps, j’observe la fourmi
    Qui, pensant au retour de l’hiver ennemi,
    Pour son grenier dérobe un grain d’orge à la gerbe,
    Le puceron qui grimpe et se pende au brin d’herbe,
    La chenille traînant ses anneaux veloutés,
    La limace baveuse aux sillons argentés,
    Et le frais papillon qui de fleurs en fleurs vole.
    Ensuite je regarde, amusement frivole,
    La lumière brisant dans chacun de mes cils,
    Palissade opposée à ses rayons subtils,
    Les sept couleurs du prisme, ou le duvet qui flotte
    En l’air, comme sur l’onde un vaisseau sans pilote ;
    Et lorsque je suis las je me laisse endormir,
    Au murmure de l’eau qu’un caillou fait gémir,
    Ou j’écoute chanter près de moi la fauvette,
    Et là-haut dans l’azur gazouiller l’alouette.

    Théophile Gautier, Premières Poésies

     

     

    « Comme un oiseau sur la branche...Tuscawilla Blackout ou le sublime côté obscur des hémérocalles... »

    Tags Tags : , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Suzie
    Vendredi 6 Juillet à 07:56

    Tes photos sont superbes, tu me tentes avec tous ces rosiers à fleurs d'églantine :)  Merci pour ce beau poème comme une ode à la Nature ! Prendre le temps de se poser et regarder autour de soi la vie qui  bat...   Bises et belle journée :)

     

      • Vendredi 6 Juillet à 09:07

        J'aime beaucoup les rosiers à fleurs simples :) Elles me sont indispensable pour contrebalancer la rondeur des fleurs très doubles...

        Bises, belle journée à toi

    2
    anne
    Vendredi 6 Juillet à 08:09

    j'aime bien toutes tes photos , bon le style de T.G n'est pas ma tasse de thé , mais c'est quand même agréable à lire

    as tu remarqué que les roses cette année n'ont jamais été aussi belles et même celles qui n'ont pas l'habitude de remonter nous en font la surprise et puis ce matin la chaleur est moindre , quel bonheur ces promenades au jardin tôt!

      • Vendredi 6 Juillet à 09:08

        Je m'en faisais justement la réflexion ce matin en regardant la remontée fantastique que me préparent Caroline Testoud clg !! La fraicheur du petit matin est délicieuse, oui :)

    3
    michèle gif
    Vendredi 6 Juillet à 12:17

    Tes roses sont encore très belles, dans mon jardin à part sally Holmés que j'avais tout retaillé et qui me fait plein de nouveaux boutons, bonne journée     Michèle

      • Vendredi 6 Juillet à 18:04

        Certaines roses font une pause mais sont déjà en train d'annoncer une remontée fantastique ! Et puis il y a celles qui n'ont pas cessé de fleurir, et puis aussi celles qui fleurissent un peu plus tard que les autres...le jardin est donc encore très beau en ce début juillet :)

        Bises et bel après-midi

    4
    patricia debourgogne
    Vendredi 6 Juillet à 16:05

    Bonjour,j'aime beaucoup la couleur du pélargonium qui me réconcilie avec cette fleur que je n'aime pas top trop habituellementoops....j 'aime son contenant aussi,ça fait un ensemble très chouette...encore de belles floraisons de roses, contente de lire que les remontées sont généreuses,avec mon "décalage horaire"par rapport à la Picardie,il me faut patienter!!he                                                   "Souviens toi de la Picardie et des roses qu'on trouve là bas" chantait Montand..cool

     

      • Vendredi 6 Juillet à 18:12

        C'est vrai que le pélargonium...bon...voilà quoi... Mais ils sont si accommodants ! Et puis j'avais craqué sur ce beau rouge sombre. J'en ai pris aussi des roses, un peu doubles, mais ils ne font pas le même effet "velours"...

        Avant d'être chantées en français par Montand, les roses de Picardie ont eu un grand succès. Je crois même que la chanson originale date de la première guerre yes J'aime bien la version de Sinatra...

        Tiens, d'ailleurs j'ai envie de la réécouter :

        https://www.youtube.com/watch?v=_yNeT2FL0bk

         

    5
    patricia debourgogne
    Samedi 7 Juillet à 16:47

    merci pour ce petit interlude musical si beau...cool......

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :